Catégorie : Ecouter

Dans cette catégorie, on trouve des réflexions tournant essentiellement autour de la musique. Onde gravitationnelle, c'est mon intarissable source d'inspiration, de projection, d'effondrement et de ressourcement.
Nicolas Rivet, Ecouter,

Liszt qui veut faire plus compliqué avec ses Études d'Exécution Transcendantale pour piano que Paganini ne fit pour violon,

Scarlatti avant eux ayant choisi de faire souffrir les clavecinistes...

Nicolas Rivet, Ecouter,

La bande-son de mes dernières années. Beaucoup de choses écoutées, beaucoup de surprises, beaucoup de "waouh", mais rarement de plaisir constant et serein comme celui de retrouver Fontaines D.C.
Tout ce qu'ils touchent est en or. Pure classique rock. Je les aime d'amour. Vénération pour les mélodies, la mélancolie, la colère retenue, les riffs agacés, inattendus, les gimmicks savants, l'esthétique reconnaissable entre mille, l'efficacité, la perfection de chaque membre à son instrument, le brouillard de Dublin, et la voix. La putain de voix de Gryan Chatten (et plus encore que sa voix, même sa fausse attitude fatiguée de pseudo-autiste pourri de TOC, tout me va chez lui)
Encore JAMAIS été déçu, sinon sur scène, où je devais trop attendre d'eux pour une fin d'après-midi encore trop ensoleillée. C'est si peu par rapport au plaisir de se remettre en boucle chacun de leurs titres pendant des heures.

Nicolas Rivet, Ecouter,

Si ça, ce n'est pas faire un bilan... Ça doit être ça, être vieux, faire des petites sommes mémorielles à périodes fixes. Pour ne pas oublier. Bon là, pour cette fin 2021, ça fait beaucoup... Et ce n'est peut-être pas la dernière des ces miscellanées

Nicolas Rivet, Ecouter,

Ou : "En roulant, en écoutant".
Pour la seconde fois, petit inventaire de ce qui traîne dans mon téléphone après quelques mois passés à shazamer dès qu'un titre que je ne connais pas (parce que très souvent (mais pas toujours) issu du si vaste monde de la "musique classique", souvent baroque d'ailleurs) traverse mes oreilles et m'enchante.
Bonne fin d'année !

Nicolas Rivet, Ecouter,

Je pleure peu.
Plus en vieillissant, peut-être.
J'ai pleuré de tristesse, je me suis ému de moments de grâce...

Je viens de connaître ce moment d'accomplissement où tout ce à quoi j'aspire s'aligne, comme si quelque chose voulait me signifier "tout ce que tu aimes, ce à quoi tu aspires, te fait rêver, tout cela est possible, ça arrive, ça se peut".
C'est si peu de choses, l'accomplissement, l'alignement, enfin, je ne sais pas le mot, je ne connais pas le mot, je ne l'ai pas, ce truc qui te fait tellement plaisir qu'un instant tu te dis "mais, en fait, j'ai vécu pour ça".
On est une somme de riens, et je trouve que c'est la meilleure nouvelle qu'il m'ait été donné depuis longtemps.

Nicolas Rivet, Ecouter,

The sea wants to kiss the golden shore.
The sunlight warms your skin.
All the beauty that's been lost before, wants to find us again.
I can't fight you anymore; it's you I'm fighting for.
The sea throws rocks together but time, leaves us polished stones.


We can't fall any further if, we can't feel ordinary love.
And we cannot reach any higher, if we can't deal with ordinary love.

Are we tough enough ?